Un forum pour tous les passionnés d'écriture :3
 

Partagez | 
 

 "Le Berceau de la Lune", Ambremari ~T~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ambremari

Ecrivain
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 18

MessageSujet: "Le Berceau de la Lune", Ambremari ~T~   Lun 30 Juin - 19:31

Le Berceau de la Lune

Ambremari


Chapitre 1- Le lac des secrets


Le jour se levait sur la petite vallée d'Ancolie. Ces fleurs, que l'on trouvait en abondance dans cette région, avaient donné leur nom à la vallée. Ce matin-là, le paysage arborait bien des couleurs. Après ces dernières semaines pluvieuses, le soleil annonçait une belle journée. Pas le moindre nuage à l'horizon, seul un ciel bleu nuancé d'orange et de rose. A l'ouest, s'étendait une immense forêt de chênes. Les gouttes d'eau dormant sur les feuilles brillaient comme des cristaux et donnaient à la chênaie une allure féerique. Une vieille route commerciale de moins en moins fréquentée se distinguait aisément parmi la végétation. Elle descendait jusqu'à un petit village situé une dizaine de kilomètres plus loin vers le soleil levant. Sur le bord de cette route, plus proche de la forêt que du hameau, une unique habitation laissait échapper de sa cheminée un léger nuage de fumée grise. Sa façade en pierre était décorée de quelques lianes fleuries, certaines encadraient la porte et les fenêtres en bois. Avec les couleurs que lui offraient les plantes, la maison était en parfaite harmonie avec la nature. Elle se fondait dans le décor.

Devant l'entrée, se tenait une petite fille d'une douzaine d'années qui, malgré la fraîcheur, n'était vêtue que d'une simple robe rouge déchirée aux extrémités et rapiécée par-ci par-là. Tombant en cascade jusqu'au bas de son dos, ses longues boucles noires lui donnaient une allure sauvage. Ses pieds nus écorchés et salis par la terre s'enfonçaient dans le sol encore boueux. La fillette portait de ses deux mains frêles un seau d'eau remplit à ras-bord. Bien qu'une grimace déformait son visage blanc comme neige, ses yeux aussi verts qu'une émeraude pétillaient de bonheur.  Elle lâcha le seau de la main droite afin d'atteindre la poignée. A peine eut-elle le temps d'effleurer cette dernière, que la porte s'ouvrit brusquement sur une femme d'un certain âge. Elle portait une grande robe blanche très sobre et un tablier bleu nuit. Son visage était cerné et ridé. Sa posture quant à elle, était légèrement courbée et ses cheveux, aussi gris que de la fumée. Pourtant, elle dégageait une vitalité étonnante et ses yeux noirs inspiraient une profonde sagesse. Ses mains crispées jusque-là se détendirent et s'emparèrent du seau d'eau dont le poids ne sembla nullement la gêner.

-Allez, dépêche-toi de rentrer, tu vas finir par attraper froid !

Elle se mis sur le côté de manière à laisser passer la fillette et referma la porte derrière elle. Le feu qui crépitait dans la cheminée faisait baigner le rez-de-chaussé dans une agréable chaleur qui fit taire les grelottements de la gamine. Il faisait sombre, mais les rayons qui passaient par la fenêtre donnaient des reflets rouges au sol en parquet. L'intérieur de la maison était meublé très sommairement. Une table en bois entourée de trois chaises était placée au centre de la pièce. Il y avait, en face de chaque chaise un verre vide et une assiette contenant chacune une miche de pain et, au centre de la table une simple une carafe de lait.  Une odeur d'œufs frits se dégageait de la cuisine séparée du séjour par un simple rideau couleur sable. Contre le mur à droite du rideau sur lequel étaient brodées des plumes multicolores, il y avait une commode qu'un vase en terre cuite garni de fleurs bleues et trois statuettes en bois représentant des oiseaux décoraient à merveille.

-Tu es enfin rentrée. Aquilée ?

La voix provenait du haut de l'escalier qui menait jusqu'au seul étage. Elle fut suivit du grincement des marches causé par la descente du jeune adolescent qui venait de la faire retentir. Il avait les cheveux aussi noirs que ceux d'Aquilée mais ses yeux étaient couleur noisette. Il était de deux ou trois ans son aîné mais son regard espiègle faisait ressortir sa puérilité et son sourire malicieux ne faisait que l'accentuer. La fillette ne fit pas attention à lui et alla s’asseoir directement à table. Irrité par le fait d'être ignoré il se dirigea lui aussi vers sa chaise. Lorsqu'il s'assit, elle leva les yeux vers lui et afficha un rictus.

-Ah, bonjour Liam ! Je ne t'avais pas vu ...

-Les œufs sont prêts. Liam, va les chercher s'il te plaît, intervint la vieille femme avant qu'il ne réponde à la provocation de sa sœur.

Il obéit et s'éloigna vers la cuisine tout regardant sa sœur du coin de l’œil. Il finit par la lâcher du regard lorsqu'il manqua de justesse le coin du meuble, ce qui fit étouffer un rire à la gamine. La vieille femme les regardait en secouant la tête de lassitude. Depuis douze ans, elle avait dû les élever toute seule, sans aucune aide. Leur mère était morte en mettant au monde Aquilée. C'était une femme très courageuse et les dernières larmes que ses yeux verts avaient laissées couler portaient en elles la plus grande joie d'avoir pu mettre au monde une enfant si jolie, mais aussi la plus grande peine de ne pouvoir la voir grandir. Elle avait hérité de son courage, de sa bonté et de sa sagesse. Quant à leur père, il avait disparu peu avant sa naissance. Nul ne savait où il avait pu aller, ou même s'il était encore en vie. Il n'aurait jamais abandonné sa famille à un moment aussi important, il était évident que sa disparition n'était pas volontaire. Et lorsque la vieille femme voyait brûler dans les yeux de sa progéniture la flamme rebelle qu'il y avait autrefois dans ceux de son fils disparu elle ne pouvait s'empêcher de prier les dieux pour qu'il eût été encore en vie. Mais pour l'instant, un autre problème était bien plus d'actualité.  Aeris et Fried lui avaient laissé les deux plus beaux enfants du monde mais pas les plus faciles à vivre.

Maintenant que le soleil avait réchauffé la campagne environnante, après leur petit-déjeuner pris, presque dans le calme, Liam alla se promener dehors. Après avoir débarrassé la table Aquilée en fit de même. Elle aperçut son frère allongé dans les hautes herbes et le rejoignit à pas de loup. Lorsqu'elle fut assez proche, elle l'assaillit en hurlant. Il poussa un cri aigu et n'eut pas le temps de déguerpir ou de riposter...elle l'avait retourné et il était désormais face contre terre. Malgré sa petite carrure, la gamine faisait preuve d'une force incroyable. Elle s'assura qu'elle avait bien gagné cette bataille et le dégagea en s’esclaffant.

-Ah ah, c'est moi qui gagne... encore !

Le garçon, vaincu, s'assit tant bien que mal en se jurant -encore une fois- que plus jamais elle ne le prendrait par surprise. Avant que la fillette n'eût le temps de lui faire remarquer qu'elle était meilleure que lui, il décida de changer de sujet.

-Tu es encore allée le voir ?

Elle demeura silencieuse. Liam comprit que cela voulait dire oui. Cependant, il attendit tout de même une réaction de sa part. Ne l'obtenant pas, il décida d'influencer la chose.

-Et il va bien, "monsieur flaque d'eau" ?

Piquée au vif, la fillette lui pinça le bras.

-Il s'appelle Kai !

-Si tu veux... c'est la même chose.

-Décidément, tu es vraiment trop bête !

Il lui sourit et se jeta en arrière pour se retrouver allongé dans l'herbe les bras derrière la tête. Sa sœur l'imita et ils se mirent tous deux à regarder galoper les nuages dans le ciel bleu. Ainsi, quelques minutes s'écoulèrent sans que ni l'un ni l'autre n'osa troubler le calme apaisant qui berçait la nature. Enfin, Liam se décida à (faire taire le) mettre fin au silence.

-Tu devrais arrêter d'aller le voir.

Sa voix sérieuse et anormalement mature eut pour premier effet de faire froncer les sourcils de la fillette. Ils se retournèrent tous deux de côté pour se retrouver face à face et plantèrent leur regard l'un dans l'autre. A ce moment, Aquilée vit dans les yeux de son frère une lueur d'inquiétude qu'elle ne lui connaissait pas.

-Mais...pourquoi ?

Il ne répondit pas tout de suite, comme si la réponse était évidente.

-Tu ne sais rien de lui. D'où il vient ? Pour quelle raison es-tu la seule à lui parler ?

-C'est faux ! Je le connais mieux que tu n'le penses. Il habite dans un pays qu'il appelle Maho, qui se situe au-delà d'une vaste étendue bleue...

-D'accord ! Mais pourquoi es-tu la seule à pouvoir lui parler ? Et comment ça se fait qu'il apparaisse dans un lac ?

La gamine resta muette, car elle n'avait pas de réponse à ces questions. Elle s'en posait d'autant plus maintenant que son frère avait soulevé le sujet. Alors, elle se remémora sa rencontre avec ce mystérieux Kai.

C'était un beau matin d'été deux ans plus tôt, le lendemain de son dixième anniversaire. Elle essayait d'échapper à son frère en s'enfonçant dans la forêt qu'elle ne connaissait pas aussi bien à l'époque. Les arbres portaient leur feuillage vert et épais qui gardait capricieusement le soleil pour leurs branches les plus hautes. En courant à travers les sentiers, elle s'amusait à regarder son ombre apparaître furtivement à côté d'elle lorsque la végétation laissait les rayons du soleil la transpercer. Les oiseaux rythmaient sa course avec leurs chants mélodieux et les fleurs, de leurs parfums délicieux y apportaient une douceur inégalable. Instinctivement, elle suivit des sentiers plus étroits les uns que les autres mais surtout, qu'elle n'avait jamais emprunté auparavant. Malgré tout, au fond d'elle même la fillette savait qu'elle n'était pas perdue et qu'elle devait absolument passer par là.
Après quelques minutes, elle finit par déboucher sur un lac. Il était de toutes parts entouré d'arbres. Une courte distance la séparait du bord de l'eau limpide qui brillait au soleil comme si l'on  avait déposé des cristaux sur sa surface bleue et calme. Elle s'approcha à pas lent vers le spectacle qui s'offrait à elle. Jamais elle n'avait vu autant d'eau en un seul endroit. En réalité, la seule eau qu'elle n'ait jamais vue était celle que son frère apportait tous les matins, qui finissait dans son verre ; ou celle, qu'ils récupéraient par temps de pluie et qui leur servait à leur toilette. Elle s'accroupit fascinée par la clarté de l'eau qui reflétait trait pour trait son visage ébahi. On aurait pu la confondre avec un miroir.

-C'est magnifique...

Au moment même où ses doigts effleurèrent la surface, son frère bondit derrière elle.

-Bouh !

Elle sursauta et se retourna, faisant gicler de l'eau vers le visage narquois du jeune garçon.

-Crétin !

-Je vois que tu as trouvé le "Lac des secrets " !

-Le quoi ?

-Le Lac des secrets, c'est pas compliqué !

Le regard qu'affichait la jeune fille ne faisait qu'amplifier son incrédulité.

-Grand-mère ne t'a jamais raconté la légende ?

-Quelle légende ? fit-elle de plus en plus sceptique.

-Elle ne t'en a vraiment pas parlé alors...

-Ben puisque je te dis que je ne vois pas de quoi tu parles... Et puis de toute façon les légendes ça ne m'intéresse pas. Que du blabla pour nous faire croire aux contes de fées. Si les fées existaient vraiment, elles ne nous auraient pas pris maman.

Liam préféra ne pas réagir immédiatement à la remarque de sa sœur. Car la situation était plutôt délicate. Aquilée n'avait jamais connu sa mère et pour elle, si toutes ces histoires étaient vraies, ils auraient vécu heureux avec leurs parents.

-Mais ce n'est qu'une illusion, avait-elle soufflé.

Son frère ne bougeait pas. Ne sachant quoi faire pour la consoler car lui aussi souffrait beaucoup. Il avait tout de même eu la chance de recevoir, pendant trois ans, l'amour que des parents portent à un enfant. Mais elle, elle n'avait pas eu cette chance. Une larme roula sur la joue de la petite orpheline.

-Tu as tort, fit une voix venue de nulle part.

La gamine lança un regard interrogateur vers son frère mais même si la voix semblait être celle d'un garçon de son âge, il n'en était pas l'auteur. Elle balaya la forêt du regard, espérant voir celui qui avait prononcé ces mots. Il n'y avait personne. Son frère la regardait sans comprendre ce qui lui arrivait.

-Un problème ?

-Tu n'as pas entendu ?

-Entendu quoi ?

-Mais... cette voix...

-Quelle voix ?

Elle resta muette. Peut-être s'était-elle trompée ? Peut-être n'était-ce que le vent qui faisait siffler les branches des arbres ? Si seulement il y avait du vent...

-Je suis là,  fit à nouveau la voix.

Cette fois elle semblait provenir du lac. Elle se tourna brusquement en direction de l'étendue d'eau et se pencha au-dessus de son reflet. Son frère, intrigué par son étrange comportement s'approcha pour observer le phénomène qui se produisait devant leurs yeux. L'eau était toujours aussi paisible et aucun remous ne venait en altérer la surface, cependant le reflet d'Aquilée se troublait de plus en plus. L'image que lui renvoyait le lac n'était plus celle de la fillette de dix ans qu'elle était, mais celle d'un jeune garçon du même âge que son frère. Ses cheveux étaient aussi noirs que les siens, mais ils étaient parsemés de mèches de couleur or. Ses yeux étaient étonnamment jaunes, un jaune aux reflets dorés qui rappelait celui de ses cheveux. Telles des étoiles filantes, ils transpercèrent la fillette fascinée par ce regard à la fois rassurant, intriguant et mystérieux. Mais si ses yeux exprimaient le contraire, son visage, à première vue paisible, était tourmenté par la peur. Elle s'interrompit dans la contemplation de cet inconnu en se rappelant qu'il venait juste d'apparaître à la place de son propre reflet.

-Je rêve...

-Dans ce cas, moi aussi ! intervint Liam.

Elle était tellement obsédée par cette mystérieuse apparition qu'elle en avait presque oublié la présence son frère.

-Tu, tu peux le voir aussi ?

Il ne répondit pas. Apparemment lui aussi était absorbé par l'événement qui se produisait devant eux. Elle en conclut donc qu'il le voyait aussi bien qu'elle.

-Il peut me voir, mais il ne peut pas m'entendre, l'informa le mystérieux garçon.

-Je vois...

Cela expliquait pourquoi son frère était aussi surpris de sa réaction suite aux premières paroles de... de qui en fait ?

-Je, tu ...qui es-tu ? bafouilla-t-elle.

-Je m'appelle Kai et je viens d'un pays que...que tu ne connais pas.

-Quel est ce pays ?

-Il se nomme Maho, mais certaines personnes l'appellent aussi le Berceau de la Lune.  Il est situé (derrière) de l'autre côte de la mer.

-La mer ?

Kai afficha un regard surpris. La gamine rougit pensant qu'elle devait l'embêter avec toutes ses questions.

-Excuse moi si, si je suis un peu trop curieuse.

-Ah, mais non ne t'inquiète pas !

Sa voix, sans le moindre reproche, soulagea la jeune fille.

-C'est juste que, ça m'étonne un peu que tu ne saches pas ce qu'est la mer.

-Je devrais ?

-Eh bien, disons juste que c'est dommage de n'avoir jamais vu un coucher de soleil sur la mer. C'est...magique !

-Magique ? s'étonna-t-elle

-Oui, on peut dire ça. La mer est une sorte de grand lac. C'est une immense étendue bleue dont on ne voit pas les limites. Et, lorsque le soleil se couche, il donne au ciel des couleurs chaudes qui se reflètent sur la surface de l'eau.

Pour la première fois depuis son apparition, Kai esquissa un sourire.

-Je te fais la promesse que tu en verras plus d'un.

-Comment peux-tu en être sûr ? Je n'ai aucun moyen de me rendre à la mer...

-Je t'ai fait une promesse, et je ne fais jamais de promesse que je ne puisse tenir.

Son visage exprimait une sincérité dont on ne pouvait douter. Ce n'était qu'un inconnu, mais quelque chose en elle lui disait qu'elle pouvait lui faire confiance. Aquilée allait continuer de le bombarder de questions lorsqu'il la stoppa dans son élan.

-C'est l'heure, je dois partir.

-Attends !

-Si tu le veux, tu n'as qu'à venir me voir au lever du soleil. Je serai là.

À regret, elle lui répondit uniquement en hochant la tête pour lui faire comprendre qu'elle viendrait. Il semblait s'attendre à cette réaction, et dans un dernier sourire son reflet se brouilla. Comme il était apparu à la place du reflet de la fillette, il se dissout pour lui rendre sa place.

-Tu peux m'expliquer ? lui demanda son frère sans détour.

Elle prit un instant avant de réaliser qu'il venait de lui parler et ne savait par où commencer.

-Que veux-tu que je te dise ?

-Ben c'est qui et comment ça se fait qu'il apparaisse de cette manière ?

-Il s'appelle Kai et je n'ai pas la réponse à la deuxième question.

L'intonation qu'elle avait prise fit comprendre à son frère de ne pas lui poser davantage de questions. Aquilée se leva, songeuse, et se dirigea vers la forêt. Liam, tout aussi silencieux ne tarda pas à la suivre.

Ainsi s'était déroulée leur première rencontre. Depuis ce jour, elle s'était rendue au lac chaque matin prétextant aller chercher de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"Le Berceau de la Lune", Ambremari ~T~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [1500 pts] L'armée de la Lune noire
» Lune de miel au castle club ?
» Tobi et son plan Oeil de la lune
» La lune et Venus par Courtox 29 et 30 janvier
» Au clair de la lune...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M A D ♔ S T O R I E S :: Stories & co. :: 

Fictions

-