Un forum pour tous les passionnés d'écriture :3
 

Partagez | 
 

 Born To Be Brave-Earth's Killers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VampireGirlDiana

Ecrivain
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 26/07/2014

MessageSujet: Born To Be Brave-Earth's Killers   Sam 26 Juil - 20:17


Diane-Kathleen Bukkatter est l'héroïne de la trilogie, qui, pendant tout le livre, narrera son histoire surnaturelle qui lui est arrivée.
Diane-Kathleen Bukkatter était une jeune femme de dix-sept ans, comme les autres et qui, un jour, en questionnant son frère, Ron-Derrick, va découvrir la vérité à son sujet. Ce n'est pas une humaine. C'est plus que ça. Elle va faire la connaissance des autres membres de sa famille qu'elle n'a jamais connu, va apprendre à surpasser ses peurs, va devoir chasser et se confronter aux lois de la nature. C'est épaulée de ses camarades qu'elle va vivre son aventure fantastique. Diane devra faire fasse à des dilèmes, des choix, des sentiments, des trahisons, des confrontations et la survie. Diane a vécu seize ans sans parents, sans frères ni soeurs. Mais seul son frère Ron-Derrick a été là pour elle. Sa soeur Marie-Camille est décédée suite à un miracle qui a fortement déplu aux espèces surhumaines qui l'entoure. Pendant toute la trilogie, c'est basée sur le decès de sa soeur, que Diane survivra la plupart du temps. Diane-Kathleen Bukkater est une femme libre, du moins pour le moment.



William Lawrens est le meilleur ami de Diane-Kathleen. Du début à la fin du Tome I, il ne sera qu'un humain. Il va aussi subir quelques changements et va devoir se soumettre aux mêmes règles que Diane lors de sa transformation. Ce chagement est purement stratégique mais ne va pas lui plaire ainsi qu'à toute sa famille qui va, elle aussi, changer avec lui. Quitte ou double. William devra se confronter aux ennemis de sa nouvelle espèce et se vengera de celui qui l'a transformé, encore faut-il qu'il sache qui est-ce.


Emily Sterling était la fidèle amie de Diane-Kathleen avant de devenir son ennemie de toujours. Emily est très lunatique et très froide. On ne peut pas la cerner. Elle fait parti de ceux que Diane-Kathleen doit impérativement tuer lors des batailles car ce sont leurs deux différentes espèces qui doivent s'affronter. Emily a comit plusieurs crimes dont celui de la soeur de Diane-Kathleen, et dès qu'elle l'apprendra, Diane montera sur ses gons et en voudra à jamais à son ancienne amie. Emily deviendra l'amie de Peter mais ce-dernier, agaçé par son comportement la délaissera et lui dira tout ce qu'elle n'a jamais entendu. Emily ne se laissera pas faire, vous pouvez en être cretain.


Peter Muller est l'arrière, arrière, [...] petit fils d'un grand scientifique qui cherchait l'existence de vie sur terre, autre que les humains. Son arrière, arrière, [...] grand-père n'a rien trouvé, et tout ses descendants ont poursuivis ses recherches, jusqu'à Peter. Mais les créatures que cherchaient la famille de Peter, sont autre que l'éespèce de Diane-Kathleen et Emily. Il ne va pas s'en rendre compte directement mais va voir de ses propres yeux, Diane-Kathleen entièrement transformé.
Peter est aussi le gentil petit humain, ami de tout le monde, drôle et très curieux. C'est une personne que tous apprécient mais dans cette optique de gentil petit garçon, se cache sans-doute un homme pas si peureux de ça. A suivre...



Ron-Derrick Bukkatter est le frère qui, pendant toute l'enfance de sa soeur Diane-kathleen, a été là pour elle. Mais au fil des jours et quand sa soeur grandi, il va falloir tout lui révéler et c'est sur un coup-de-tête qu'il va lui dire la vérité. Malheuresement Diane ne va pas très bien le prendre et ira jusqu'à faire pleins de bêtises et pas des moindres. Ca sera lui qui aura la garde de sa soeur, bien qu'ils soient immortels. Il va ramener certains membres de sa famille que Diane n'a jamais connu pour enfin qu'ils fassent connaissance. Mais Ron-Derrick coàmmettra l'irreparable.


Marie-Camille Bukkatter est la soeur de Diane-Kathleen et Ron-Derrick. C'est elle avec un homme du clan adverse, qui va semer la zizanie auprès des deux espèces. C'est elle la cause de ses embrouilles, de ses batailles, de ses confrontations,... Mais celle-ci est aimée de tous sauf de deux clans. Elle a été tuée par l'espèce d'Emily (les Sterling) et à partir de ce moment, c'est une grande bataille de clans qui est prévue. Et il se pourrait bien qu'une troisième espèce naisse. Marie-Camille en est-elle la cause ?










Voici les musiques accompagnant :


Titre n°1: Earth's Killer (Les tueurs de la Terre)
Titre n°2: Feathers And Blood (De Plumes et de Sang)
Titre n°3: A Demon heart (Un cœur de démon)

Bonne lecture.
P.S. → Ces chapitres sont assez vieux, quelques fautres trainent. J'ai la correction travaillée avec Isabelle Yhuel (ndlr.). Si vous accrochez à ma trilogie, vous me la demandez, OK :3
Merci de tout avis ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VampireGirlDiana

Ecrivain
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 26/07/2014

MessageSujet: Re: Born To Be Brave-Earth's Killers   Sam 26 Juil - 21:12

Désolée du DP mais voici un texte qui vient du Chapitre 1 de la partie 3 ^^


Le paysage est magnifique, l'eau s'étend à perte de vue et la pluie n'arrange pas son énormité. Les montagnes sont immenses et la mousse aux pieds des arbres servent d'éponges à la pluie. Il pleut, bon dieu qu'il pleut ! Je n'ai jamais vu autant de pluie de ma vie, et pourtant , le nombre de fois où j'ai prononcé cette phrase ... Le vide est immense, je n'en vois pas la fin. Les nuages grondent et s'illuminent après chaque éclair. Je suis si près de ces nuages de coton trempé. Je suis sur la plus haute falaise du paysage et ça me fait peur. Je n'ose pas regarder en bas par vertige. Je n'ose pas regarder en haut car il y a des nuages qui me susurrent de sauter. Je ferme les yeux pour m'accalmir.
Une pression palpable s'est installée derrière moi. Tous me regardent, moi et mon apparence de Tyunes que j'arrive à peine à contrôler.
Soudain, le soleil surgit de derrière les nuages. Son éclat m'obligeait à fermer les paupières pour m'empêcher d'être éblouie par les rayons qui dansaient sur sur la sime des arbres. La paysage changea radicalement de couleur et la pluie s'estompa - les arbres d'un olive sourd passèrent à un émeraude luisant, les vieilles pierres plates semblables à des gallets biggarés se firent améthyse. Le cris des corbeau m'attirait. Ces volatiles m'appellait et me réclamaient. Je fis un pas en avant et, haletant d'adrénaline je continuais de marcher, sans peur, jusqu'à ce que je sois face au vide. La danse des corbeaux se fit radieuse et leur chant criard sonnait, à mon oreille, apaisant. Leur éclats de voix firent vibrer les nuages et mes tympans. Mes pieds étaient au bord du précipice, mais je ne chancelai pas. Le poid lourd de les ailes me soutenait derrière. Ma peau était tannée par ce soleil éblouissant et mes cheveux retrouvaient la lueur. Mes boucles soyeuses retombaient sur les épaules telles un serpent dégringolant d'une branche, se rattrapant à une autre. Je risquai un oeil vers le bas mais le vertige ne s'empara pas de moi pour autant. Je gardai mon sans froid et confiance. J'avais la vague impression que je respirais de par mon dos. Comme si mes deux poumons étaient étendues sur mes épaules formant deux ailes et que les veines qui recouvraient la surface de ces organes furent mes vraient veines imprégnées de venin. Quelques formes abstraites qui ressemblaient plus à des écailles qu'autre chose, naissaient au niveau de mes chevilles. Les plumes de mes ailes frôlèrent ma hanche et j'en frissonnai. La différence entre mon apparance d'avant et celle-ci était elle. La réponse était là. Elle était en-dessous. Mes ailes prirent de l'apleur dans mon dos et servaient à beaucoup de choses à présent. Elle me sauveraient la vie.
Le coeur emmitoufflé au fond de ma poitrine battait à cent à l'heure quand le corbeau disparu de mon champ de vision. Il dispaurut derrière un nuage épais. Je regardai alors en direction du vide. Des rochers déchiquetés émergeaient d'un courant d'eau comme des moignons de doigts brisés. Ce n'était que des pierres mais elles me rappellaient l'inconvéniant à sauter. Elles souriaient. Une des choses qu'un Tyunes peut voir, mais pas les humains; l'humeur d'une nature sauvage.
J'aspirai lentement une goulée d'air, la rejeta d'un coup sec. Mes pieds recontrèrent le vide. Mon corps tombait à pic. Je ne relevai pas. Je riai, j'étais heureuse. Je ne me souciai de rien. Plus je tombai, plus je riai fort. A quelques mètres du sol, où je savais pertinement que si je ne faisais rien j'allais rendre l'âme, tout en gardant un généreux sourire étiré sur mes lèvres, je serrai les poings comme si je fulminai. La sensation du vide ne me faisait absolument pas peur. Elle ne me faisait plus peur. Et d'un coup, me muscle enroulé autour de l'os de mes somptueuses ailes se contracta, il me soulevais comme si l'on me tirai vers le haut d'une force rageuse. Mes genoux se plièrent à moitié et mes yeux ne s'ouvrirent pas pour autant. Je ressentais le vide. Je ne ressentais pas la peur. Je contrôlais mes ailes mais je ne maîtrisais pas mes désirs. C'est domme si on vous mettait deux bras de plus dans le dos et qu'il vous suffisait d'apputer sur un seul bouton pour les faire marcher. Mais ce bouton, pour moi, était la liberté. Il suffisait d'être libre et confiante pour savoir voler. Les oiseaux qui ne volent pas cont ceux qui n'ont pas confiance en eux. Emprisonnés dans leurs cages; ils espèrent, lente torture. Comme une gamine insouciante je riai au éclats et hurlai. Les échos de ma voix se brisèrent à cause du vent. Mais ma liberté, elle ne se brisait pas. La liberté c'est aussi tout voir de haut, comme si le monde paraissait petit pour nous et que nous n'y vivions pas. C'est ressentir le bonheur nous attirer au centre de la piste de danse et nous faire tourner à en perdre l'équilibre. La liberté est une chose que les gens pensent détenir mais les barrièrent qui leurs en empêchent sont celles de l'humanité. L'oiseau lui, est un esprit libre. Il est libre parce qu'il n'est pas humain.
Rire à gorge déployée en faisant marcher ses muscles pour se maintenir en vie est une belle preuve de naïveté. Mais à quoi bon vouloir paraître sérieuse ? C'est comme l'enfance... L'enfance est un monde où personne ne meurt. La romance enfantine est bien la plus belle que toutes les autres. L'insouciance. Le sourire des enfants peut-être faux mais il est beau. Et il grandira avec la personne. Le sourire peut-être beau mais ça ne veut pas dire que l'histoire est belle. Et pourtant les roches ne sont pas belles mais elles sourient. Elles me sourient. Ne pas se soucier de chuter est la raison qui nous maintient en l'air. Ma frivolité est frappante quand on me vois tournoyer dans les airs et briser le dessins des vents. Elle est contagieuse. Comme un sourire.

Prenant toute mon assurance possible, la pointe de mes pieds heurta le sol et je retrouvai mon apparence humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Born To Be Brave-Earth's Killers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Natural Born Killers (1994, Oliver Stone)
» Père brave, père doux
» Jeu Google Earth !
» Remonter le temps avec Google Earth 5.0
» Live Earth 7-7-7 TSR 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
M A D ♔ S T O R I E S :: Stories & co. :: 

Fictions

-